L'erreur a créé beaucoup plus que la vérité

Edouard Herriot

Le Pas de Géant

Clairière
  • 23 Août 2013
  • Sylvie Roche

Longtemps, j'ai fait une énorme erreur. Une erreur qui me paralysait. Une erreur qui me freinait dans mes apprentissages. Une erreur qui m'empêchait de m'épanouir.

Cette erreur c'était… de ne pas accepter mes erreurs !

Je les considérais comme indésirables. Elles représentaient des failles pour moi… et m'affectaient profondément. Alors, pour échapper à la tristesse et à la honte qu'elles généraient, pour protéger mon orgueil blessé, je trouvais des justifications… je niais ma responsabilité et ce faisant, ces erreurs m'étaient complètement inutiles.

J'ai commencé à en prendre conscience en observant ma fille qui apprenait à marcher.

C'était extraordinaire (non parce que c'est ma fille… bien que :-)… mais parce que le processus est fascinant). Elle tombait, se relevait, faisait quelques pas en riant et en criant de bonheur… et retombait de même, en riant. L'expérience “apprendre à marcher” semblait l'enthousiasmer au plus haut point.
Elle enchaînait les aller-retour de la table au fauteuil… les chutes et les pas… concentrée sur son équilibre et sur la découverte extraordinaire qu'elle venait de faire.
Pas un instant, elle ne m'a semblé se décourager… et il est vrai qu'on n'a jamais vu un petit enfant apprenant à marcher se mettre soudainement en colère et s'allonger en hurlant :

“JE N'Y ARRIVERAI JAMAIS, J'ARRETE !”

J'ai compris ce jour-là que cette absence de doute, malgré les chutes à répétition, lui garantissait la réussite. J'ai compris que ses pertes d'équilibre fournissaient de l'information à son corps afin qu'il apprenne à doser l'amplitude de ses mouvements. J'ai enfin compris que pour elle, l'erreur et la réussite ne signifiaient rien… c'était l'expérience dans sa globalité qui importait. Ce jour-là, j'ai fait un pas de géant !

Si nous conservions cette manière d'appréhender les choses tout au long de notre vie, nous serions sans doute tous des génies. Combien d'erreurs nous permettons-nous avant de renoncer à apprendre quelque chose une fois que nous sommes adultes ? Sans doute beaucoup moins que le nombre de fois où nous avons dû tomber avant de marcher correctement. Parfois, nous n'essayons même pas de peur d'échouer. La peur des erreurs s'est fortement ancrée en nous.

Or, nos erreurs sont autant de possibilités de nous régénérer, de nous transformer et de vivre pleinement. Elles sont des chances de grandir et d'évoluer. Le jour où je l'ai compris, j'ai commencé à vivre vraiment, à oser, à m'exprimer… et à apprendre plus aisément. Ca ne s'est pas fait en claquant des doigts bien évidemment… il a fallu que je réapprenne à exploiter mes erreurs, de la même manière que mon corps savait le faire d'instinct quand j'étais toute petite.

Comment ? En me focalisant sur ce que mes erreurs m'apportaient. C'est un exercice à faire aussi souvent que possible, au quotidien ou à l'occasion d'un apprentissage spécifique, peu importe. Pour habituer votre esprit à penser différemment.

Si vous avez tendance à vous décourager rapidement devant un apprentissage à faire, si la peur des erreurs vous paralyse, si vous êtes timide ou si vous avez envie de vous réfugier dans un trou de souris quand vous faites une erreur, si vous entendez encore cette petite voix vous dire “Tu as fait faux !” quand vous vous trompez, je vous conseille de faire cet exercice.

Pour vous y aider, voici un tableau dans lequel vous pourrez mettre en correspondance vos erreurs et leurs apports. Le fait de prendre le temps d'y réfléchir et de noter permet de mieux ancrer les choses. Téléchargez-le en cliquant dessus (vous pouvez écrire directement dans les cases):



Faites cet exercice régulièrement et le bénéfice engendré par vos erreurs deviendra de plus en plus évident. Parallèlement, vous aurez de moins en moins peur de vous tromper… au contraire, chaque erreur deviendra une opportunité.

Poursuivez jusqu'à ce que vous sentiez que vous osez plus de choses, que vous devenez plus spontané.
Ensuite, reprenez-le de temps à autre, pour développer votre capacité à vous amuser de vos erreurs.
Vous vous sentirez de plus en plus vivant et créatif au fil des mois.

Enfin, si noter ou y réfléchir vous ennuie, démarrez l'apprentissage d'un sport ou d'une discipline physique… il est souvent intéressant d'expérimenter quelque chose avec son corps pour l'intégrer intellectuellement.

PS : Et si quelqu'un vous critique parce que vous avez fait une erreur, transmettez-lui ce message :-)