Apprendre
des
Enfants

Des Autruches… nous ?

Deux personnes plongeant leur tête dans le sable
  • 22 Novembre 2014
  • Sylvie Roche

La Grande Idée !

Alors que j'étais allée faire des courses dans un hypermarché à Marseille un Samedi après-midi (oui, j'ai parfois de grandes idées comme ça ! :-))… j'ai assisté à une scène surréaliste arrivée aux caisses.

Une Scène Surréaliste

Une dame et son petit garçon d'environ 6 ans étaient à mon niveau, dans la file d'attente à côté de la mienne. Ils étaient tous les deux derrière leur chariot et l'enfant avait l'air passablement énervé. Il poussait le chariot, le retirait, le poussait à nouveau violemment… pendant que sa mère envoyait des sms sur son portable.
Le problème, c'est qu'il y avait une dame devant leur chariot. Et que ladite dame prenait ledit chariot dans les jambes chaque fois que l'enfant le poussait.

Je regardais la scène, héberluée, me demandant à quel moment la mère allait réagir. Rien ne venait. Evidemment, au bout de 3-4 coups dans les jambes, la dame de devant se mit en colère et demanda à la mère de calmer son fils. C'est alors qu'on entendit la mère répondre de manière très agressive que ce n'était pas sa faute si l'enfant était énervé et qu'il était normal qu'il exprime son énervement d'une manière ou d'une autre. Elle n'avait pas l'habitude de le contraindre et elle n'allait pas commencer maintenant.

La Tension Monte…

Trouvant là un moyen de tuer le temps d'attente, les regards des clients se sont focalisés sur la scène… qui incrédules, qui amusés, qui en colère.
La tension monta d'un cran. L'enfant, voyant qu'il devenait le centre d'intérêt, continua de plus belle à pousser le chariot. La dame devant, qui en avait marre de prendre des coups mais qui était coincée dans la file, commença à insulter la mère. Laquelle répliqua de même. Et chacun de dire son mot, alimentant ainsi le stress ambiant.

L'Arme Fatale

C'est alors que le monsieur qui était devant moi prit un pot de confiture dans son chariot et l'ouvrit. Je me demandais ce qui lui passait par la tête lorsque je le vis se diriger vers la mère et lui vider le pot de confiture sur la tête. Elle se mit à crier de plus belle… ce à quoi le monsieur répondit qu'il était désolé mais qu'on ne lui avait jamais mis de limites et qu'il faisait donc ce qu'il voulait quand il voulait.

Nous étions tous interloqués, ne sachant s'il fallait rire ou partager la colère des uns ou des autres. Mais brusquement, le calme se fit. La mère s'essuya tant bien que mal, l'enfant ne bougea plus et le monsieur revint à son chariot comme si de rien n'était.

Des Mondes Imperméables

Qui avait raison ? Qui avait tort ? Chacun était dans son monde et ignorait complètement les autres d'où le dialogue de sourds et la situation surréaliste qui s'ensuivit. Mais ce qui m'a le plus frappée, c'est que personne ne s'est adressé à l'enfant à aucun moment. Il est devenu l'enjeu de la scène tout en étant complètement ignoré. Comme s'il ne pouvait pas comprendre ou entendre quoi que ce soit. Comme si son stress ne pouvait être contenu. Et par son comportement, il a donné aux adultes l'occasion de se défouler en s'insultant pour défendre leurs points de vue. Peut-être au fond ne faisait-il que mettre en actes ce qu'il ressentait des gens autour de lui ? Les enfants font souvent ça : ils traduisent ce qu'ils ressentent par des jeux ou des comportements. Ce qui est sûr, c'est qu'on aurait pu lui demander ce qui se passait pour lui, tout simplement.

C'était bien sûr une scène outrancière mais dans la forme, pas si rare que ça. Il m'est arrivé souvent de voir des adultes se disputer au sujet d'un enfant en l'ignorant totalement. Comme si les egos et leur besoin de batailler pour avoir raison l'emportaient sur la préoccupation première qui est l'éducation de l'enfant et son besoin de comprendre et d'apprendre. Comme si imposer ses idées toutes faites à propos de l'éducation était plus important que se mettre à l'écoute de l'enfant et de ses besoins réels. Comme si nous préférions faire les autruches par peur de faire face à la difficulté de l'éducation qui demande avant tout de la présence et de l'humilité.

Conclusion

Quoiqu'il en soit et pour finir sur une note d'humour, les pots de confiture sont des moyens de pacification redoutables. Je ne saurais trop vous conseiller d'en avoir toujours un dans votre chariot quand vous aurez comme moi la bonne idée d'aller faire vos courses dans un hypermarché à une heure de pointe ! :-)

2 Commentaires
Postez le Votre

  1. C'est rigolo... j'ai visionné un truc similaire il n'y a pas longtemps! La réaction a été moins violente mais très efficace sur l'enfant! https://www.youtube.com/watch?v=Z27lx4A2wAI&noredirect=1

  2. Parfois, certains parents se laissent guider par la conduite de leurs enfants. Par exemple ils les inondent d'amour et d'attentions à tel point qu'ils deviennent aveugles, et ne perçoivent plus les caprices de leurs petits chéris. Il faut que les parents prennent en considération que leurs enfants sont très intelligents, ainsi il est préférable et avantageux de mettre cette intelligence dans un contexte qui sera favorable et plus fructueux pour leurs petits. Une fois les règles et les limites sont bien tracées, nos enfants sauront bien les respecter. Je ne dis pas qu'il faut réagir avec force le bâton dans la main, mais procéder avec amour pratique et intelligence,en même temps.