Apprendre
des
Enfants

Réveillez le lutin en vous !

Petite fille dans une pluie de pétales de fleurs de cerisiers
  • 12 Novembre 2014
  • Sylvie Roche

un Lutin… où ça ?

Qui est ce lutin qui dort en vous ? Et qui se réveille par moments, vous ramenant ainsi dans votre enfance, quand vous vous leviez le matin plein d'envies et d'idées ?
Qui est ce personnage qui vibre d'amitié pour Le Petit Prince, pour Kirikou, pour les Hobbits dans le Seigneur des Anneaux ou pour tout autre héros enfantin de nos histoires préférées ?

Il est “votre enfant intérieur”.

D'où Vient-Il ?

Ce concept de psychologie analytique, mis à jour par Carl Gustav Jung, désigne la part enfantine ou infantile chez les adultes.
Jung le présente comme un archétype, présent dans notre inconscient collectif, et donc une constante humaine qu'on retrouve exprimée de différentes façons à travers le temps et les cultures. Ainsi, les personnages de lutins (ou nains, ou elfes) dans les légendes, en sont des manifestations typiques.

Carl Gustav Jung remarque également que, dans les mythologies, bien des sauveurs sont des enfants-dieux. Rien de plus normal selon lui puisque, par nature, l’enfant est porteur de transformation.
Et de fait, laisser s'exprimer l'enfant qui est en nous, c'est un peu comme se régénérer. C'est retourner à la source, c'est reprendre contact avec "notre moteur", l'essence de notre être.

Une Source de Vie

L'enfant en nous est celui qui “ressent” et qui exprime si on lui laisse l'espace pour le faire. Il représente l'intuition, l'imagination, la source de vie.
C'est sans doute, René Barbier, chercheur en sciences de l'éducation et pédagogue jungien, qui dans un élan poétique en parle le mieux :

C'est un enfant qui prend le jour pour en faire sa cabane de feuillage. Il arrive à l'horizon de la mémoire sans aucun bruit, sans aucune page. Il n'a rien à nous dire. Il est la Présence même. Il éclate de tous les rires de la terre. C'est un enfant pareil à la mer et pourtant c'est un enfant soleil. Il fait chanter toutes les colombes. Il adoucit les serpents du rouge vif. Il boit la rage et donne le rêve.
Un jour nous le rencontrerons. Entre deux portes, coquille de l'instant. Il arrêtera notre visage. Il prolongera notre regard dans la surprise du torrent. Nous prendrons le temps du partage.
C'est un enfant qui arrondit l'espoir pour le faire rouler et bleuir le monde. Il est la femme et il est l'homme entrelacés. Hélice de toute vie. Avec lui nous devenons plus humains. Avec lui fulgurante, l'existence est royauté.

Mais comment réveiller cette source de vie infinie en nous ?

La Voie Royale pour le Contacter

Avez-vous déjà participé à des jeux dans votre entreprise ? Ou tout simplement joué avec vos amis à un jeu vidéo ou à une partie de paintball par exemple ? Si oui, vous avez dû remarquer à quel point les adultes redeviennent aisément des enfants quand on les place dans le contexte du jeu.
Vous l'aurez compris : la voie royale pour accéder à votre enfant intérieur, c'est de jouer.

Si vous avez perdu cet accès à votre enfant intérieur, observez les enfants et jouez avec eux. Ils vous accepteront très bien, passé le cap de la surprise. C'est le meilleur moyen pour retrouver la faculté de jouer. Ne vous imposez pas. Rentrez dans leur jeu progressivement, suivez leurs directives et l'enfant en vous va se réveiller. Observez comment ils jouent. Souvenez-vous de vous enfant.
Si vous avez des amis avec qui organiser des jeux, n'hésitez pas. Les jeux de rôles sont particulièrement bénéfiques. Jouer à “On dirait qu'on serait…” permet de mettre à jour de nouvelles facettes de soi, de se découvrir, de sortir du cadre rigide et de l'image de soi qu'on s'est fabriquée et qui parfois nous étouffe.

Les Cadeaux de Votre Enfant Intérieur

Les recherches sont nombreuses sur les bénéfices du jeu chez l'adulte et sur la libre expression de l'enfant intérieur.

Par exemple, Lenore Terr, professeur de psychiatrie à l’université de Californie (In “Beyond Love and Work”, Scribner, 1999) a montré que les gens qui considèrent leur métier comme un jeu réussissent mieux que ceux qui s’enferment dans un travail routinier. Les joueurs semblent plus heureux. Ils se concentrent plus facilement et sont en général plus productifs.

Pour Hubert Jaoui, spécialiste de la créativité “…les créatifs, qui s’amusent et sourient, savent que la réalité est flexible. Ils ont donc du plaisir à jouer avec elle pour, sans cesse, la recréer. Si on prend l’existence trop au sérieux, on se prive du pouvoir de la modifier.”

D’après Lenore Terr, le jeu permet de s’oublier soi-même. Et seul l’oubli de soi, associé au plaisir, permet de se dépasser et d’être créatif.

Selon la thérapeute américaine Margaret Paul (“Renouez avec votre enfant intérieur”, Le Souffle d’or, 1993) :

En cas de conflit ou de crise personnelle, dans les moments où l’on est malheureux ou désemparé, avoir pris l’habitude de jouer, donc d’être en contact avec son enfant intérieur, permet de retrouver plus facilement son équilibre émotionnel. Lui seul est capable d’utiliser naturellement ses facultés d’intuition et de spontanéité pour trouver les bonnes solutions lorsque l’adulte est enfermé dans son mental, ses peurs et ses a priori.

Pour le psychologue Guido Verbrugghe enfin (“Vieillir au-delà des clichés”, Bernet-Danilo, 1998) : “Ceux qui restent jeunes sont ceux qui gardent l’aptitude à jouer. Dès que l’on cesse d’avoir du plaisir à jouer, on vieillit…”.

A Vous de Jouer…

Les résultats de toutes ces recherches révèlent à quel point le jeu est bénéfique dans nos vies d'adultes. Et montrent combien il est important de laisser s'exprimer l'enfant qui vit en nous.

Jouez-vous ? A quoi ? Comment faites-vous pour rentrer dans le jeu ? Avez-vous d'autres astuces pour vous connecter à votre enfant intérieur ? N'hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Merci d'avance.

0 Commentaires
Postez le Votre